#23-Techniques anti-stress pour entrepreneurs et leurs équipes

March 11, 2024 00:33:03
#23-Techniques anti-stress pour entrepreneurs et leurs équipes
The Business Brain Podcast
#23-Techniques anti-stress pour entrepreneurs et leurs équipes

Mar 11 2024 | 00:33:03

/

Show Notes

Dans cet épisode captivant de notre podcast, "Techniques anti-stress pour entrepreneurs et leurs équipes" plongez au cœur d'une discussion enrichissante avec Sophie Larivée, visant à équiper les entrepreneurs et gestionnaires avec des outils concrets pour maîtriser le stress, ce phénomène omniprésent dans le monde des affaires. Guidé par la philosophie de notre signature unique du Cerveaupreneur, qui souligne l'importance cruciale d'entraîner notre cerveau - le muscle le plus vital en affaires - cet épisode est un rappel de transformer le stress en une force positive.

Nous vivons dans une ère où le stress semble inévitable, particulièrement dans le milieu entrepreneurial et au sein des équipes dynamiques. Cet épisode offre un regard sur la gestion du stress, en proposant des outils pratiques et des exercices réfléchis conçus pour renforcer la résilience mentale et émotionnelle. À travers des dialogues engageants avec des experts en la matière, nous dévoilons des astuces précieuses et des stratégies éprouvées pour aider les auditeurs à naviguer dans les eaux parfois tumultueuses de l'entrepreneuriat.

Notre conversation aborde des thèmes cruciaux tels que l'identification des déclencheurs de stress, l'importance de reconnaître les signes avant-coureurs et la mise en œuvre de pratiques quotidiennes pour maintenir l'équilibre et la clarté d'esprit. En mettant en lumière l'impact du stress sur la performance et le bien-être, cet épisode est une invitation à embrasser des techniques de gestion du stress adaptées tant aux individus qu'aux groupes, favorisant ainsi un environnement de travail plus sain et plus productif.

Grâce à un mélange d'anecdotes personnelles, de conseils pratiques et d'exercices interactifs, les auditeurs sont encouragés à adopter une approche proactive face au stress. Ce faisant, nous explorons l'influence positive de la pleine conscience, de la méditation et d'autres pratiques de bien-être sur la capacité à prendre des décisions éclairées et à maintenir une dynamique d'équipe positive.

Rejoignez-nous dans cet épisode inspirant pour découvrir comment vous pouvez activer votre Business Brain, surmonter le stress et libérer votre plein potentiel entrepreneurial et celui de votre équipe! 

View Full Transcript

Episode Transcript

[00:00:00] Speaker A: Bonjour Sophie, c'est un plaisir d'être avec toi aujourd'hui pour l'atelier podcast sur les techniques de gestion de stress. On s'entend que les fêtes sont passées, il y a eu un ralentissement économique, il y a plusieurs entreprises qui vivent des décroissances, il y a plusieurs entrepreneurs, des équipes de travail, il y a plusieurs mises à pied, ça brasse beaucoup dans le domaine des affaires. Puis on s'est, d'un commun accord, on s'est dit que ce serait intéressant de partager des techniques pour réduire le stress. Ce sont des conseils, des trucs, des astuces pour vous aider l'autre à passer un moment plus agréable, de détente, peut-être pas à 100 %, mais de vous donner un moment à vous d'en profiter pour faire les exercices qu'on va vous proposer, mais aussi d'identifier les facteurs de stress, d'être plus à l'affût pour vos équipes de travail aussi. Sophie, merci d'être avec nous. Est-ce que tu voudrais te présenter? [00:00:54] Speaker B: Premièrement, je veux te remercier pour l'invitation. C'est bien d'avoir pensé à moi. Je suis vraiment contente. C'est un sujet universel, intemporel. Donc un sujet qui me fait le plaisir de discuter avec toi aujourd'hui. Donc moi, je suis coach et consultante RH. Le nom de mon entreprise, c'est Différences RH. Donc moi, j'offre des services d'accompagnement pour des projets RH et du coaching, puis de l'accompagnement aussi en gestion du changement parce qu'il y a un lien aussi avec le stress. Les changements sont souvent une source de stress pour plusieurs personnes. [00:01:27] Speaker A: Les changements vont venir réduire ou drainer un peu la réserve cognitive, notre réserve mentale. C'est important d'avoir un oeil sur notre réserve, parce que si on descend en bas de la ligne fatidique, on commence à tomber dans une zone de danger où on a des symptômes qui vont apparaître. Je ne suis pas médecin, mais on va voir certaines choses, plus de fatigue, plus de tristesse, plus de déprime, moins de joie. On va être gossé par tout ce qui nous entoure. On rentre déjà dans les facteurs de qu'est-ce qu'on peut identifier rapidement. Toi, comment ça se manifeste, le stress? [00:02:02] Speaker B: Manque de patience. Mes enfants seraient les premiers à le noter. Donc quand je suis stressée, on va dire qu'en bon québécois, je vais pogner les nerfs. Donc ça, moi, c'est vraiment un facteur numéro un. Quand le stress monte d'un autre niveau, je vais le ressentir dans mon sommeil. C'est-à-dire que je vais avoir de la difficulté à m'endormir ou je vais me réveiller plus souvent dans la nuit. Je dirais que ce sont mes deux principaux symptômes. De ton côté, comment se manifeste le stress? [00:02:31] Speaker A: Moi, ça se manifeste physiquement beaucoup, musculairement au niveau de ma mâchoire, donc je vais serrer des dents. Aussi, au niveau des épaules, je vais avoir les épaules en boucle d'oreille, accrochées après mes oreilles. De cette façon-là. Quand ça monte trop, je vais avoir un manque de patience, irritabilité. [00:02:52] Speaker B: C'est drôle parce que moi, c'est le contraire de toi. C'est-à-dire que mon promising, tout de suite, je deviens irritable. Puis les mots physiques que tu décrivais tantôt, ça m'a fait réfléchir. Des fois, ça m'arrive, mais moi, ça m'arrive après. [00:03:04] Speaker A: J'ai une de mes clientes qui dit que quand le stress se manifeste de manière intense, ça peut être au niveau de la peau. Ça va être des plaques au niveau de la peau. J'en ai un autre qui dit que c'est au niveau plus digestif que ça va se manifester. Des fois, elles me demandent pourquoi j'ai des problèmes digestifs. En ce moment, je n'ai rien changé dans mon alimentation. Le stress peut être un facteur. Souvent, les gens autour de nous sont beaucoup plus sont beaucoup mieux placés pour le voir avant. Ça arrive souvent. [00:03:36] Speaker B: Oui, t'as raison, c'est vrai, ils nous le font remarquer. Là, quand ils te disent, si tu réfléchis un instant, c'est bon, c'est vrai, c'est pas fouton d'affaire. [00:03:44] Speaker A: Oui, quand on s'arrête puis on réfléchit, parce que c'est pas tout le monde qui arrête puis réfléchit. Non, non, non, tout va bien. [00:03:49] Speaker B: C'est un peu, dans le fond, symptomatique aussi, c'est-à-dire que quand on est stressé, souvent on a la tête pleine et on n'a pas le réflexe d'appuyer sur le bouton pause puis de réfléchir à ce qui se passe vraiment, donc ça fait juste comme on est dans un cerf vicieux, dans le fond. [00:04:03] Speaker A: Est-ce qu'il y a d'autres façons dont le stress peut se manifester que toi t'as vu dans ta pratique aussi? [00:04:09] Speaker B: C'est sûr que c'est des impacts aussi. Je vais parler des impacts. On a parlé des indicateurs, mais les impacts c'est aussi dans les relations. Parce que quand t'es plus stressé et que tu manques de patience, ça a un impact sur ta relation, que ce soit avec tes collègues de travail, tes employés, ta famille à la maison. Donc ça, c'est des impacts aussi qu'on peut remarquer. Surtout si ça arrive souvent. Le stress est autant à la maison qu'au travail. [00:04:36] Speaker A: C'est rare que tu ne le ramènes pas, il ne part pas tout de suite, tout seul, tu franchis la porte de la maison, puis pouf, il a disparu. On aimerait ça, mais ce n'est pas tout à fait comme ça. [00:04:45] Speaker B: Mais ça peut aussi même aller jusqu'à des pertes de mémoire. C'est comme si tout devient embrouillé, on a de la misère à prendre des bonnes décisions, on a de la misère à réfléchir. Tu sais, des choses banales, comme ton nip, tu peux oublier ton nip pour un moment parce que t'es tellement stressée, tellement la tête pleine. En tout cas, moi, ça m'est déjà arrivé. [00:05:08] Speaker A: C'est fascinant parce que comment on fonctionne, c'est quand on est dans une zone de stress, on bloque nos neurones, on bloque les chemins neurologiques qui nous permettent de prendre des décisions, d'avoir accès à notre information. L'exemple du NIP au niveau de la mémoire, c'est exactement ça. Si on est dans un niveau de stress qui est élevé, on n'a pas la capacité de voir les choses avec un autre angle ou même d'accéder à toute la richesse de nos connaissances, de notre savoir, de notre mémoire. Donc le NIP, c'est un exemple parfait parce qu'on le sait, c'est juste qu'on n'est pas capable d'y accéder. [00:05:41] Speaker B: Les 30 dernières années. Tu dis « comment ça j'oublie ça? [00:05:45] Speaker A: » Oui, c'est le stress entre autres, ça peut être la fatigue aussi qui peuvent entrer. Mais dans les indicateurs de stress, c'est que vous allez peut-être moins faire de sport aussi, vous allez faire moins les choses dont vous avez envie, vous allez être dans l'anticipation, vous allez poser des questions, vous allez être suspicieux. Vous allez peut-être être plus inquiet, vous allez lever le ton, peut-être avoir un sentiment d'agitation. C'est comme l'expression qui dit... Sur les dents! Sur les dents! Ça, c'est un bon indicateur aussi de stress. Ça peut être aussi la paralysie. Il n'y a rien qui marche. Tu as plein d'affaires à faire, mais tu ne fais rien finalement. [00:06:26] Speaker B: C'est comme le petit hamster. Dans le fond, tu cours vite, t'es fatigué, mais ça n'avance pas. [00:06:31] Speaker A: Oui, puis ultimement, tu peux avoir envie de t'isoler, d'avoir envie de rien faire, tu peux être dans la tristesse aussi. Tu sais, des fois, il y a un mix des émotions à travers tout ça, puis qu'il n'y a pas de solution qui existe aussi, être plus négatif. [00:06:45] Speaker B: Oui, c'est ça. Mais c'est parce qu'on ne les voit pas les options, c'est ça qui arrive. On ne voit plus les options pour se sortir de cet état-là. [00:06:52] Speaker A: Puis juste le fait d'en prendre conscience puis de dire OK, on va faire ça, est-ce que c'est assez? [00:06:56] Speaker B: Bien, non, c'est pas assez, mais c'est la bonne première étape de prendre conscience, de dire OK. Puis comme j'ai dit un peu tout à l'heure, c'est d'appuyer sur le bouton pause, de dire OK, qu'est-ce qui se passe, que ce soit toi qui le remarque ou quelqu'un qui te le fait remarquer, puis de prendre ce temps-là de bien réfléchir à dire qu'est-ce qui m'arrive? Qu'est-ce qui se passe? Qu'est-ce qui me stresse vraiment? Parce que des fois, il y a un déclencheur, Quand on prend le temps de réfléchir, c'est qu'il y a bien d'autres choses qui se cachent en dessous de ça, puis il faut aller creuser pour comprendre la vraie source, pas juste le déclencheur. [00:07:31] Speaker A: Ce que tu viens de dire, c'est particulièrement important parce que souvent, on va s'arrêter à la première chose et on n'ira pas en profondeur. Souvent, ce qui fait que c'est qu'on va effacer temporairement la problématique, mais elle va revenir. [00:07:44] Speaker B: Exact. [00:07:45] Speaker A: Elle va revenir. On vit tous du stress. Tous les humains vivent du stress. Quand tu dis que tout le monde vit du stress, on devrait savoir comment délire avec. Tout le monde en vit. On devrait avoir une solution pour ça. Pourtant, on continue d'en vivre pareil. [00:08:02] Speaker B: Oui, puis on va continuer d'en vivre pas mal toute notre vie aussi, tu sais, je pense qu'il faut accepter, je pense que c'est de savoir le gérer pis c'est... le sujet aussi d'aujourd'hui, d'aller prendre à vivre avec son stress, parce qu'à la base, le stress n'est pas négatif. Lui, il a besoin de stress, parce que moi, je dis tout le temps ça en blague. S'il n'y avait pas de stress, on serait assis sur notre divan toute la journée en mangeant des chips et en regardant Netflix, ça serait ça. Donc, on a un stress d'agir, de se mettre en action. d'avancer pour payer nos factures. Fait qu'il faut travailler, il faut bouger, tout ça. Donc le stress est positif, mais aussi, il peut être négatif. Je pense que l'objectif, c'est de trouver sa zone là-dedans. Je ne sais pas si on voit ça. [00:08:48] Speaker A: Tout à fait. Je pense qu'on l'appelle stress quand on le voit d'un point de vue négatif, mais c'est aussi l'hormone qui est sécrétée pour se mettre en action, pour l'activation, pour être alerte, et c'est important de l'avoir. On s'entend qu'aujourd'hui, on parle de stress, on ne parle pas nécessairement d'anxiété et d'angoisse, qui sont deux autres sujets. On parle vraiment du stress qui va être lié à des problématiques réelles ici. Donc là, si on avait à proposer autant aux entrepreneurs qu'aux dirigeants qui veulent aider leurs équipes à diminuer le stress, on commence par quoi? [00:09:23] Speaker B: Moi, j'ai deux suggestions. La première, c'est une bonne pratique que moi, j'ai vécue en organisation, que je suggère aux entrepreneurs de le faire avec leur équipe. Que tu travailles avec une ou dix personnes, tu peux faire ça. Moi, où je travaillais, on le faisait chaque matin. on se posait la question sur une échelle de 1 à 10, à combien est ton niveau de stress? Donc, on s'entend là, 1 étant pas stressé du tout, je suis zen, puis 10, ça ne va pas du tout. Donc, ça nous aide à comprendre dans quel état d'esprit sont nos collègues. Puis nous-mêmes aussi, ça nous fait réfléchir et on le nomme. Et les impacts positifs de ça, dans un premier temps, c'est que si la personne elle dit « Ah non, je suis à 8 aujourd'hui, pourquoi? » « Ah bien c'est personnel, je ne veux pas en parler. » C'est correct, mais au moins on le sait, fait qu'on va comprendre qu'aujourd'hui, je ne vais pas en ajouter. Puis si la personne est justement plus irritable, je sais pourquoi. L'autre chose qu'on peut faire avec ça, c'est « OK, c'est à 8, qu'est-ce qui te stresse? » « Oui, il y a quelque chose au travail qui me stresse. » « OK, c'est quoi, comment je peux t'aider? » Donc, on peut aller intervenir directement auprès de cette personne-là pour dire, qu'est-ce que je pourrais faire pour réduire ton niveau de stress aujourd'hui? Donc ça, c'est une pratique, c'est pas long, c'est quelques minutes, puis c'est super efficace. Moi, je recommande vraiment de le faire tous les jours. Toi, t'avais-tu déjà fait ce genre de pratique-là? [00:10:44] Speaker A: Oui, mais dans une formule différente un peu. C'était plus c'est quoi ton état d'esprit? [00:10:48] Speaker B: OK. [00:10:49] Speaker A: C'était, c'est quoi ton état d'esprit étant un 10 vraiment très bien, très agréable, on est dans la légèreté, et un étant vraiment ça va pas, t'sais, c'est comme à l'inverse. [00:11:01] Speaker B: Dans le fond, ce que je retiens, c'est de se poser la question pour ouvrir le dialogue et avoir une mesure de comment les gens se sentent le. [00:11:10] Speaker A: Matin, quand on commence le matin. Oui, 100 %, puis c'est rapide, efficace. Vous pouvez le faire pour vous-même aussi individuellement, de vous poser la question. Si ça devait suffire, je proposerais l'exercice du cadran. Si le matin, vous vous posez des questions et tout ça, comment vous allez faire pour vous désamorcer rapidement? Il y a une stratégie que vous pouvez utiliser qui est le cadran. Vous pouvez le faire pour vous si vous êtes seul avec vous-même, mais vous pourriez le proposer à d'autres. L'idée, c'est de prendre une feuille, la diviser en quatre. Il y a quatre carrés, quatre zones dans lesquelles vous allez les identifier. Prenez le temps de mettre ça sur pause. Le premier, c'est cognitif. Comment est-ce que vous êtes cognitivement? Peut-être que ça ne vous dit rien, mais est-ce que vous avez de la clarté mentale? Est-ce que vous êtes concentré? Avez-vous de l'attention? Est-ce que vous êtes motivé aussi? Est-ce qu'au niveau cognitif, êtes-vous dans un flou? Êtes-vous dans le brouillard? Puis là, il n'y a rien de bon qui se passe. Ou vous êtes plutôt dans... Ah non, je suis vraiment focus, concentré. Ce que j'apprends aujourd'hui, ça va. Ça, c'est le premier. Le deuxième, c'est le cadran émotionnel. Comment je me sens émotionnellement parlant? C'est deux choses différentes. On peut être très focus et à la tâche, puis émotionnellement, ça pourrait ne pas bien aller. C'est rare qu'on est vraiment focus et attentif quand on a de quoi être gros émotionnel. Mais on peut être, est-ce qu'on est dans la joie, est-ce qu'on a le bonheur, la gratitude, la reconnaissance, ou est-ce qu'on a la tristesse, la déprime, et ainsi de suite. Une fois que vous avez énoncé un peu le niveau de stress de 1 à 10, qui est la première étape, Si dans mon émotionnel, j'ai de la tristesse, j'ai de la culpabilité. La culpabilité, ça revient souvent aussi dans le domaine des performants. J'ai la culpabilité parce que je n'ai pas fait ça. Physiquement, comment je vais? Est-ce que je vais bien? Je ne vais pas bien, etc. Et le dernier, c'est la spiritualité, qui est votre connexion à peut-être plus grand que vous. Peu importe si ça se manifeste de n'importe quelle façon, c'est votre spiritualité. C'est votre connexion à plus grand que vous. Ah! Allô les chiens! C'est pas grave, c'est la vie. [00:13:13] Speaker B: J'ai comme un petit stress là, ils sont sur le bord de la porte pis je sens qu'ils veulent rentrer, ça va. [00:13:21] Speaker A: Ils peuvent rentrer, moi ça ne me dérange pas. C'est la joie de faire un podcast de la maison. Et dans le cadran spirituel aussi, c'est comment votre connexion, est-ce que vous êtes connecté, que ce soit avec l'univers, avec votre religion, avec peu importe ce que vous avez dans ce cadran-là. Donc de faire le tour, et je vous garantis, moi dans mes moments les plus agités, à ne pas savoir dominer la tête, j'ai tellement de choses à faire, faire cet exercice-là, ça me désamorce à 100% à tout coup. [00:13:49] Speaker B: Une fois que tu as fait l'exercice, tu vois une différence au niveau de comment tu te sens? [00:13:53] Speaker A: 100%. L'état d'avant et l'état après, c'est deux mondes. Comme j'ai tout mis là, finalement, je vais juste me faire un plan, ça va fonctionner. Ok, j'ai été voir toutes les sphères, j'ai confirmé ou infirmé, tu sais, qu'est-ce que je pense. Le journal intime, juste faire une parenthèse, quand j'étais jeune, les filles, on a. [00:14:13] Speaker B: Bien plus compris ça que les gars. [00:14:15] Speaker A: Mais le journaling, aujourd'hui, c'est vraiment reconnu en neurosciences comme un outil excessivement puissant pour Ça fait réduire le stress et tout. C'est un peu cet exercice-là. Permettez-vous d'écrire dans chaque cadran pour aller un peu plus en profondeur. Ça va vous aider. Vous avez une réflexion avec vous-même. Une fois que c'est terminé, c'est terminé. [00:14:35] Speaker B: Comme on a dit tout à l'heure, la première étape pour nous aider à gérer son stress, c'est de l'identifier, de le nommer et de le comprendre. [00:14:42] Speaker A: Oui, voilà. Puis ce que je voulais te dire, en fait, c'est que ça fait tellement longtemps que j'écris dans un journal que là, moi, j'ai une capacité, c'est facile, mais au début, vous avez dû pratiquer. Donc là, aujourd'hui, c'est un outil qui est vraiment particulièrement intéressant pour ça. Donc, pratiquez-vous puis inquiétez-vous pas, vous allez l'avoir. Il n'y a pas de bonnes et de mauvaises réponses. [00:15:02] Speaker B: C'est bon. Bien, merci. Je trouve que c'est un bel outil que tu nous as partagé aujourd'hui. J'aimerais y aller avec mon exercice aussi, là. Dans le fond, comment ça fonctionne, c'est que la première étape, on revient à la même chose. Donc, identifier c'est quoi notre stresseur. Donc, quand on parle d'un stresseur, souvent, ça va être comme un événement en particulier ou une série d'événements parce que des fois, c'est juste l'accumulation, on en a trop. Donc, qu'est-ce qui est arrivé? Qu'est-ce qui a fait que la pression a monté? Donc ça, c'est la première étape. On identifie ça. Vous pouvez faire un petit tableau simple avec quatre colonnes. Donc la première colonne, on va identifier son stresseur. Donc la deuxième colonne, c'est vraiment cibler la source. C'est vraiment de creuser, de comprendre qu'est-ce qui me stresse vraiment. Je vais vous donner un exemple. Je ne sais pas moi, j'ai perdu... Le stresseur, c'est j'ai perdu un client. mon plus gros client. Voyons, on va y aller. [00:16:00] Speaker A: Ah oui, un bon stress, un bon stress. [00:16:02] Speaker B: J'ai perdu mon plus gros client. Donc ça, c'est l'événement déclencheur. La source du stress, bien dans le fond, c'est qu'est-ce qui me stresse, c'est qu'est-ce qui vient avec. Si j'ai perdu mon plus gros client, qu'est-ce qui va arriver? Bien c'est que là, j'avais un revenu récurrent chaque mois, j'avais une stabilité, je l'ai plus. Donc, la perte de revenus, l'insécurité de dire, je vais être capable de me retrouver un client qui me ramenait le même montant par mois, le même nombre de revenus ou pas. Tout ce stress-là qui vient avec. Dans ma deuxième colonne, j'ai vraiment compris les éléments qui vont contribuer à faire monter ma pression. La troisième colonne, ça s'appelle déconstruire son stress. Là, je me suis basée, je vais vous le dire, c'est pas moi qui ai inventé ça, sur un acronyme qui s'appelle CINÉ, qui a été, dans le fond, élaboré par Sonia Lupien, qui est, dans le fond, Sonia Lupien, elle est auteure conférencière et directrice de l'Institut du stress humain. Donc, vraiment une super référence en matière de stress. Donc, elle, elle a comme décrit la recette du stress. Ok, ciné, c'est facile à surtenir, ça ressemble à ciné. Quand on parle de ciné, c'est parce que, ok, il est arrivé un déclencheur. C'est quoi le déclencheur? On l'a dit tantôt, j'ai perdu un client. [00:17:24] Speaker A: Qu'est-ce qui peut arriver? [00:17:25] Speaker B: C'est quoi la menace? La menace, c'est le C, contrôle. Je sens que je t'en perds de contrôle. Le I de ciné, c'est l'imprévisibilité. Donc, c'est quelque chose que je n'ai pas vu venir, je ne m'attendais pas à ça. Moi, c'est un bon client, ça allait super bien, je n'ai pas vu ça venir. N pour nouveauté. Donc, un peu comme tantôt, j'ai dit, tu sais, je sens le changement. Bon, les changements, les choses nouvelles, tu sais, la façon que les humains sont faits, c'est toujours un peu perçu au début comme une menace, une inquiétude. Et le dernier, le E. Donc ego. Donc l'ego menacé, que ce soit nos compétences, quand on ne sait pas comment faire quelque chose, on se sent menacé. Ce que ça veut dire, c'est que dans votre troisième colonne, est-ce que j'ai du C, du I, du N ou du accent aigu, deux, trois ou les quatre? Je me sens stressée. OK, j'ai perdu mon client. J'ai peur de ne pas retrouver un nouveau client avec des revenus égaux. OK, bien là, il y a du C parce que je n'ai pas le contrôle. Moi, je ne savais pas que ce client-là, j'allais le perdre. Il y a le caractère imprévisible là-dedans parce que je ne sais pas, ça va me prendre combien de temps si je vais retrouver le client. Puis même, il peut y avoir du N là-dedans parce qu'une nouveauté, si je me trouve un nouveau client, c'est long de bâtir une relation. Donc, ça pour dire que je fais une réflexion pour déconstruire mon stress. La quatrième étape, qui est la dernière étape, c'est de se mettre en action. Qu'est-ce que je peux faire concrètement, basé sur ce que j'ai identifié dans les trois étapes précédentes, pour réduire mon stress? Puis là, ce que je suis bizarre, on parle d'action, d'identifier des verbes d'action. Est-ce que c'est quelque chose que je dois changer? Est-ce que c'est quelque chose que je dois éliminer, éviter, Accepter, changer, tout ça. Essayez de trouver concrètement des moyens qui vont réduire votre stress. C'est sûr que vous êtes capable d'en trouver. Il n'y a pas une fois, quand je donne des formations, des fois j'utilise cet exercice-là. Les participants le font en direct avec moi. Ça n'arrive pas que quelqu'un dit « je n'ai pas trouvé d'action ». [00:19:43] Speaker A: En fait, c'est surtout que là, on a l'outil pour le faire. On a déconstruit, comme tu as dit, son stress. Puis là, on est comme, OK, qu'est-ce que je vais faire? Qu'est-ce que je vais changer, modifier, ajouter, commencer, éviter pour réduire mon stress? on sait exactement où aller, parce qu'on a déconstruit ce qui nous stressait au début. Si on se dit que je suis stressée, je vais réduire mon stress, mais on ne sait pas c'est quoi, ça va être difficile d'avoir un plan d'action qui va être bon. On peut bien faire de la respiration momentanément, mais ça va revenir après, parce qu'on n'aura pas été à la source. [00:20:22] Speaker B: Si on n'a pas la source, on ne va peut-être pas trouver la bonne solution, la bonne action. C'est pour ça que c'est un exercice qui se fait en quatre étapes. Je dirais qu'à chacune des étapes, ton niveau de stress baisse tranquillement. Je nomme l'événement 2, je m'en vais trouver la source. 3, je le déconstruis. 4, action. Ça descend le niveau de stress. [00:20:45] Speaker A: C'est un excellent exercice aussi quand vous arrivez en coaching où vous n'avez peut-être pas de coach, mais vous parlez avec un ami ou avec une amie, vous êtes avec votre conjoint ou votre conjointe. Je suis stressée aujourd'hui. Juste en parler, je suis stressée de cette affaire-là. Mais c'est de s'attraper quand on dit ça et de dire « OK, avant d'aller plus loin, au lieu de ventiler, je vais aller faire l'exercice. » Parce que ventiler, encore une fois, ça ne vous amènera pas Je trouve. [00:21:12] Speaker B: Que c'est un exercice vraiment super efficace, super simple. Là, on a le cadran que tu nous as parlé. On a la bonne pratique en milieu de travail de mettre ça sur une échelle, soit notre état d'esprit ou notre niveau de stress. Puis là, on a cet outil-là de réduire son stress en quatre étapes. Si je te pose la question, Anne-Marie, qu'est-ce que tu pourrais nous donner comme autre truc et astuce pour réduire notre stress? [00:21:35] Speaker A: Il y a tout le concept de la pleine conscience, puis ça revient avec l'exercice un peu que tu as dit, c'est surtout de réfléchir, faire une rétroaction en fin de journée. Moi, j'aime bien la faire en fin de journée, en soirée, avant d'aller se coucher pour vraiment se vider l'esprit puis partir au pays des rêves avec la tranquillité d'esprit. Mais faire une rétroaction sur nos comportements de leader. C'est comme un journal de leadership. Mais de prendre conscience des actions qu'on a prises pour réduire notre stress, pour aller à la source, pour s'aider concrètement. C'est de réfléchir là-dessus et de s'observer de l'extérieur. Quand on s'observe à la troisième personne, on voit des choses qu'on ne voit pas quand on est en train de le vivre. ce qui nous permet de dire mes actions, mes attitudes aujourd'hui ont été dignes de leadership. Mais cette pratique-là, combinée avec la pleine conscience, de dire voici comment je me suis sentie, puis de l'écrire pour telle raison, c'est un peu comme l'exercice que tu proposes, c'est juste que la formule est un peu différente au lieu d'être dans les cases, on est en train de s'observer. La méditation, la visualisation aussi. Donc si c'est toujours les mêmes types de situations qui vous stressent, d'utiliser la visualisation pour adopter un... Ah, bonjour, là! [00:22:54] Speaker B: Tu as réussi à ouvrir la porte! [00:22:57] Speaker A: Ah ben bravo, fille! Oh my God, c'est magnifique. Ceux qui écoutent le podcast... Parce que. [00:23:03] Speaker B: Mon chien a réussi à ouvrir la porte. Il a réussi à ouvrir la porte. [00:23:07] Speaker A: Et là il est assis sur sa maîtresse et elle est mignonne. La visualisation va vous permettre de vous voir dans le comportement que vous voulez adopter. Comme on sait que le corps induit l'esprit, l'esprit induit le corps ou le cerveau, peu importe. Ça va être bon aussi d'aller chercher au niveau des sens, comment vous voulez vous sentir, d'expérimenter aussi la posture que vous voulez avoir dans une situation qui est stressante. Donc la visualisation peut être un outil. [00:23:32] Speaker B: Qui est super intéressant. J'ai juste quelque chose par rapport à ce que quand tu parlais d'identifier puis nommer comment on s'est senti par rapport à notre journée, c'est juste de faire attention d'essayer d'être neutre, de ne pas se juger. Si tu constates que aujourd'hui, je ne suis pas forte, je n'ai pas été un leader à la hauteur de mes attentes, de mes aspirations, ce n'est pas de se taper sur la tête, ce n'est pas ça l'objectif. C'est juste de dire, OK, j'en prends conscience et demain, qu'est-ce que je peux faire de différent pour être un meilleur leader? Mais pas de se taper sur la tête. [00:24:07] Speaker A: Non, jamais. Si vous êtes en train de vous taper sur la tête et que vous l'écrivez, réécrivez en dessous la phrase d'une autre façon. J'ai agi de cette façon-là, la prochaine fois, ça va être de cette façon-là. Sans jugement, tout à fait. C'est pour ça que le matin, j'aime bien faire les reconnaissances aussi, pour qu'on tombe dans le positif. Ça réduit aussi le stress d'être dans le positif. [00:24:32] Speaker B: Je rajoute un autre... Juste parce que mon chien est arrivé, ça m'a fait penser à ça. Moi, pour moi, sérieusement, la zoothérapie, ça me calme. J'en parle parce que mon chien est arrivé, Moi, aller prendre une marche avec mon chien, mes chiens, j'ai deux chiens maintenant, juste mettons de relaxer puis flatter mon chien, moi, ça me fait un grand bien. [00:24:55] Speaker A: C'est de trouver les choses qui vous font du bien. Quand on a une période de stress intense puis qu'on pense qu'on doit être ultra dans l'action, c'est bon de prendre un pas de recul et de faire ce qui nous fait du bien. Même si ça semble la chose la plus contre-intuitive, d'arrêter et d'aller prendre une marche, aller en forêt, prendre une journée d'après-midi au spa, c'est souvent là où vous allez prendre assez de recul pour voir clair dans la situation dans laquelle vous êtes. [00:25:21] Speaker B: Puis recharger tes batteries en même temps. [00:25:23] Speaker A: Ben oui, tout à fait! [00:25:25] Speaker B: Toi Anne-Marie, qu'est-ce que tu fais justement comme activité? Moi j'ai parlé que moi ça me fait du bien de passer du temps avec mes chiens, toi? [00:25:33] Speaker A: Ben moi j'ai deux activités que j'aime beaucoup. J'aime la marche en forêt, j'aime m'entraîner, puis je rajoutais cuisiner, qui est aussi une grande passion. Ah oui? [00:25:41] Speaker B: Ois-tu du vin en cuisinant? [00:25:43] Speaker A: Ah non, pas ben ben! Quand la visite arrive! [00:25:49] Speaker B: C'est vrai que le sport, ça fait vraiment du bien, mais moi, je fais de la boxe, ça fait que c'est sûr que quand il y a eu une journée avec un stress-mélange-frustration, oui, c'est sûr que ça fait évacuer les tensions. [00:26:00] Speaker A: C'est mon champ d'expertise, c'est ce que je fais aussi en coaching, avec la neurosciences au service des affaires, mais aussi pour entraîner les cerveaux preneurs ou entraîner les cerveaux des gens. J'utilise beaucoup des outils comme la méditation, la visualisation, la pleine conscience, le journaling. et je les applique aussi. Donc, c'est de la méditation quotidiennement. Je vais écrire tous les matins, tous les soirs. Je vais aller dans l'apprentissage. La diversification des activités est aussi dans le jeu. Donc, ça va aider à réduire le stress. Donc, jouer, s'amuser, avoir du fun. On oublie quand on est des adultes d'aller s'amuser. Les expériences nouvelles aussi vont contribuer à la neuroplasticité, mais ultimement aussi à réduire le stress. Puis les humains, les bons humains, plein de bonnes vitamines humaines, comme dirait mon ami Karen Larocque. C'est du bonbon, les bons humains aussi. [00:26:51] Speaker B: Oui, c'est connecté, ça fait du bien. Comme tu l'as dit tantôt, des fois, notre tendance naturelle quand on ne se sent pas bien, c'est de s'isoler. Alors il faut se donner le petit coup de pied qu'il faut pour dire ok, je vais approcher quelqu'un que je sais qui va me faire du bien, quelqu'un que j'ai confiance. Donc je vais donner le petit coup de fil, on va aller prendre un verre, on va aller prendre un café ou juste une marche, on va aller jaser, ça va me faire du bien. [00:27:20] Speaker A: J'ai découvert les sports d'équipe récemment. Je n'ai jamais été une fille de sport d'équipe. J'ai souvent été individuellement dans le monde dans les 15 dernières années. Avant ça, j'étais dans des groupes, mais j'ai reconnecté avec un sport d'équipe au deck. Je suis allée vraiment pour le plaisir et j'ai une équipe. Quand on gagne, on célèbre ensemble, on se serre les coudes. Il y a ce sentiment-là d'appartement, ce qui est super puissant aussi, mais je vous invite à le retrouver dans n'importe quelle communauté. De ne pas vous isoler. Puis les entrepreneurs, on a tendance à être très seul. On est seul face à nos employés, on est seul dans notre tour d'ivoire parce qu'on ne crée pas... On crée des relations avec nos employés, mais ce ne sont pas des relations de pair, des collègues ensemble ou d'égal. [00:28:01] Speaker B: Je reviens à mon exemple de « j'ai perdu le plus gros client », Je ne vais pas aller parler de mon stress à mes employés, je vais les stresser encore plus. Il suffit sur moi, je suis le capitaine du bateau, je ne peux pas aller faire ça. [00:28:12] Speaker A: Je n'en parlerai pas non plus dans mon réseau d'affaires parce que c'est tous des clients potentiels, des partenaires, des gens qui me réfèrent. Je vous dis à qui je vais en parler. C'est de trouver des communautés. Moi, je lise cette communauté-là dans mes programmes où il y a une ouverture qui est complètement différente. Ce n'est pas un réseau d'affaires, ce n'est pas du réseau de tâches, c'est une communauté. [00:28:29] Speaker B: On peut se permettre d'être vulnérable. [00:28:31] Speaker A: On peut se permettre d'être vulnérable, de mettre un genou à terre, mais aussi d'être dans la croissance et dans les bons coups. Et moi, je fais partie d'un groupe comme ça. J'ai créé ça pour ma clientèle aussi. Ça fait, c'est un game changer là, tu sais, les coachings de groupe ou les masterminds ou les clubs selects dans lesquels tu peux te déposer puis dire les vraies affaires. Je pense que pour les entreprises et les entrepreneurs, les dirigeants, c'est un must. Je suis bien d'accord avec toi. Oui. [00:28:59] Speaker B: Tout à fait. Est-ce qu'il y a autre chose? [00:29:01] Speaker A: Je pense qu'on a fait le tour, mais pour aller mieux, une des choses qui est vraiment importante si vous avez le stress, c'est de faire un plan d'action pour réduire votre stress. Utilisez l'outil que Sophie a proposé aussi pour identifier. Peut-être qu'il y a des gens aussi qui ont des patterns de stress et vont se retrouver dans des situations stressantes similaires d'année en année. [00:29:23] Speaker B: Pense à moi, tu me dis pourquoi. Impôts! Parce que c'est cyclique. À chaque année, je suis stressée. Fait que je me dis, faut... Tu sais, je vais me prendre d'avance, tout ça, parce que j'ai reçu un... Je suis pas stressée aujourd'hui. Mon niveau de stress, il est comme à 3. Je suis vraiment relaxe. Mais là, tantôt, j'ai reçu un email de l'adjointe de mon comptable pour me préparer à mes impôts. Pis là, j'ai mon niveau de stress à monter. [00:29:45] Speaker A: À monter! [00:29:45] Speaker B: Fait que c'est un exemple très concret. Et je suis convaincue qu'il y a plein d'entrepreneurs qui comprennent le stress des impôts à chaque année. [00:29:52] Speaker A: « Oh, que oui! » Donc là, ça revient à chaque année. Fait que quand c'est prévisible comme ça, qu'est-ce que tu peux mettre en place pour réduire le stress quand ça arrive, mais ça vient aussi avec cette espèce de détachement-là qui se travaille beaucoup avec la pleine conscience. Donc, ça veut dire que t'es dans le moment présent, pis ça, ça se pratique, là. T'es en train de vivre le stress, pis tu te désamorces tout de suite. [00:30:11] Speaker B: Exact. [00:30:12] Speaker A: Donc, t'es comme « Ah, là, j'ai reçu ça. Ah, je suis stressée. Ah, OK. [00:30:14] Speaker B: » C'est intéressant ce que t'as dit parce que, là, ça fait quelques années que je suis entrepreneur, fait que, t'sais, je suis comme habituée pis... C'est un peu ce que j'ai fait quand j'ai vu le email pour de vrai tantôt. J'ai senti dans mon corps un petit stress. Puis après, je me suis parlé. Je me suis dit « Ben voyons, c'est pas sorcier. Je l'ai fait l'année passée, l'autre d'avance. Ça fait cinq ans que je le fais. Oui, je n'aime pas ça. Ce n'est pas une activité que je trouve agréable, mais ça se passe bien. Regarde, je n'ai pas mes enfants en fin de semaine. Je vais commencer ça tranquillement. » Fait que t'sais, j'ai réfléchi c'est quoi qui me stresse. Je me suis fiée à mon expérience aussi. Des fois de revenir sur son expérience. « Hey, moi j'ai déjà vécu ça avant pis j'étais capable. » Ou même des fois de dire « J'ai vécu des bien plus gros stress que ça dans ma vie, je suis capable de gérer ça. » Pis après ça, mon action c'est de dire « Bon ben regarde, j'ai un petit peu de temps en fin de semaine, je vais commencer ça relax avec un petit café dimanche matin. » Pis tout ça là t'sais. [00:31:11] Speaker A: Et voilà! Donc ça, c'est vraiment la méta-cognition, la pleine conscience, vous l'appelez là comme vous voulez, le mindfulness, qui permet de se désamorcer rapidement, puis de prendre une distance avec nos émotions, autant dans l'excitation, où ça s'applique dans différentes circonstances, ça peut être aussi quand vous êtes fâché pour rien. [00:31:30] Speaker B: Oui, c'est la gestion de ses émotions. [00:31:34] Speaker A: Je vous invite à surveiller votre réserve mentale. Est-ce qu'il y a beaucoup trop d'événements stressants qui se sont accumulés et que vous n'avez pas le choix de prendre une pause un peu plus longue que juste s'arrêter pour écrire et de faire les exercices qu'on vous a proposés? On va vous demander de vous reposer, de reconnecter et d'aller un peu plus en profondeur avec votre façon de réagir au stress et votre gestion des émotions. Des fois, c'est que la vie nous envoie plein de choses et qu'on n'a pas le choix de se recharger notre réserve mentale. Ensuite, on fait quoi? [00:32:00] Speaker B: On fait l'exercice? [00:32:03] Speaker A: Oui. [00:32:04] Speaker B: Que ce soit le cadran ou réduire son stress en quatre étapes. [00:32:09] Speaker A: Oui, on utilise ça. Puis, je vous invite à suivre Sophie sur différentes RH. Puis, je vous invite aussi à vous abonner au podcast pour écouter encore d'autres entrevues et d'autres conseils et astuces en lien avec l'entreprenariat, la gestion des équipes et les organisations, pour que vous soyez des organisations cerveau-conscients et des entrepreneurs cerveau-conscients puis utiliser votre point potentiel à tout instant. [00:32:36] Speaker B: Bien, merci beaucoup Anne-Marie, c'était très agréable et surtout très pertinent, tu vois, même si on le sait, toi pis moi, pis même si c'est dans notre domaine d'expertise, les rappels sont toujours importants et bénéfiques. [00:32:50] Speaker A: 100%. [00:32:50] Speaker B: Une phrase que j'aime, c'est « common sense is not always common practice ». [00:32:54] Speaker A: Ouais! [00:32:55] Speaker B: C'est intense, mais on le fait pas toujours. [00:32:57] Speaker A: Excellent. Merci beaucoup Sophie, puis c'était un plaisir de te recevoir. Merci! [00:33:01] Speaker B: À bientôt! [00:33:02] Speaker A: À bientôt.

Other Episodes

Episode

December 05, 2023 00:15:08
Episode Cover

#19 - Planifier stratégiquement pour ne pas laisser le succès au hasard.

  Les avantages d’une entreprise qui utilise la planification stratégique comme outil de croissance. Atteinte des résultats hors du commun avec les habiletés des ressources....

Listen

Episode

January 10, 2024 00:13:23
Episode Cover

#20- 5 questions que tous les leaders doivent se poser en début d'année

Démarre l'année avec puissance et clarté grâce au podcast "les 5 questions que tous les leaders doivent se poser en début d'année". Un moment...

Listen

Episode 0

November 24, 2021 00:22:43
Episode Cover

#05 - Laury Savoie | Professeure de Yoga

Avec douceur et passion Laury nous partage la manière dont le yoga a transformé sa vie d’adolescente en lui apportant douceur et équilibre. Aujourd’hui,...

Listen