#18 - Ton avenir repose-t-il sur la vente de ton entreprise?

March 01, 2023 00:36:41
#18 - Ton avenir repose-t-il sur la vente de ton entreprise?
The Business Brain Podcast
#18 - Ton avenir repose-t-il sur la vente de ton entreprise?

Mar 01 2023 | 00:36:41

/

Show Notes

Ton avenir repose-t-il sur la vente de ton entreprise?
Amener son entreprise à atteindre ses objectifs de croissance et performer, c'est le quotidien de tous les entrepreneurs. Un jour, viendra le moment de la retraite ou de passer à de nouveaux défis.
Comment tirer profit de tout ce que vous avez investis en temps, argent et énergie?
Martin DuTou répond à vos questions en lien avec la vente d'une entreprise.
Est-ce que je peux vendre mon entreprise?
Combien peut valoir mon entreprise?
Comment être en bonne posture pour vendre?
Est-ce qu'il y a un meilleur moment pour vendre?
Rejoins mon groupe @braintrepreneurnation pour profiter de tous mes conseils gratuits.
Découvre mon programme Amplitude : https://programmeamplitude.com/
View Full Transcript

Episode Transcript

[00:00:00] Speaker A: Bienvenue au Business Brain Podcast. Mon nom est Anne-Marie Roy et chaque semaine, j'aborde un sujet d'actualité pour développer votre leadership et amplifier vos connaissances entrepreneuriales grâce à votre outil. Le plus précieux, votre cerveau. Mon invité aujourd'hui, Martin Ditout, qui est conseiller en vente et en acquisition d'entreprises, mais t'es un entrepreneur aussi à la base. Moi, je te connais depuis plusieurs années, ça fait plus de 10 ans qu'on se connaît, et t'as tout un parcours. Alors, j'aimerais bien que tu me fasses un petit topo sur qui tu es. [00:00:34] Speaker B: Bon matin, écoute, merci, merci de m'avoir invité ce matin de pouvoir parler de ce qui me passionne le plus. Écoute, oui, tu l'as dit, je suis entrepreneur, effectivement. C'est comme ça que j'ai commencé dans le domaine des affaires il y a bientôt dix-neuf ans quand même aussi. Donc, j'ai commencé plus en événementiel, mais j'ai commencé en voulant faire des acquisitions. C'est un peu ça aussi. J'avais un rêve plus jeune, d'avoir une salle de réception. C'est ce que j'ai fait. Ma première acquisition, ça a été mon premier... Je me suis lancé dans cet univers-là aussi, d'acquérir une entreprise, comprendre comment la mécanique d'une entreprise fonctionne, autre que celle que j'avais déjà en événementiel. J'ai tellement aimé comprendre les chiffres, comprendre l'humain, comprendre comment l'entreprise fonctionnait. J'ai été derrière le bar, j'ai lavé le plancher, j'ai rencontré les clients, j'ai vraiment touché à tout, sauf la cuisine parce que je ne voulais pas fermer. Donc, je viens d'être sûr d'avoir les bons professionnels, mais de comprendre un peu toute la méthodologie aussi d'une entreprise, tous les processus. Puis finalement, je me suis amusé tellement dans les chiffres aussi là-dedans, dans les manières d'optimiser mon temps. Pour ceux qui me connaissent un peu, je suis paresseux dans la vie. Donc, j'ai toujours le goût de trouver des méthodes, des façons de faire qui vont juste être plus efficaces tout le temps. pour justement combler mon temps aussi, puis pouvoir avancer plus rapidement, puis c'est ce que j'ai fait. Au fil du temps, longue histoire courte, finalement, j'ai pu acquérir jusqu'à neuf entreprises dans ma vie aussi, dans des domaines complètement différents aussi. Je suis un épicurien. Donc, j'aime découvrir, j'aime toucher à tout. Donc, j'ai vraiment compris la façon de faire, autant les émotions de faire une acquisition aussi, mais aussi d'en vendre aussi. Ça fait que j'ai vraiment eu ce parcours-là, je pense, qui a beaucoup aidé. Puis je l'ai fait avec d'autres. J'ai pu accompagner plein d'autres personnes au fil du temps aussi. Puis maintenant, je suis rendu à en faire un métier aussi. Ça fait que très content de pouvoir le faire aussi avec mon parcours. [00:02:35] Speaker A: Merci. Je pense qu'un parcours comme ça, c'est excessivement riche, l'expérience que tu as dans l'acquisition, la vente d'entreprise, qu'il y a des paramètres, qu'il y a tellement de paramètres. Comme entrepreneur, souvent, on ne sait pas c'est quoi le next step. Qu'est-ce qu'il va y avoir après l'entreprise? Qu'est-ce qu'il y a après notre business? Est-ce qu'on a un plan de retraite? Est-ce qu'on est préparé à Puis, tu sais, je parle de retraite, vous allez me dire « Ouais, tu sais, j'ai 30 ans, j'ai 40 ans, je ne suis pas proche de la retraite », mais ça se prépare comme des REER, tu sais, je veux dire, ça se prépare une sortie. Puis ça peut aussi, on en a des entrepreneurs, je connais des entrepreneurs qui bâtissent des entreprises pour les vendre. Il y a des entrepreneurs aussi qui, à un moment donné, ils ont fait le tour de ce qu'ils voulaient voir avec leur business, ils sentent le besoin, ils ont envie de faire d'autres choses, ils ont envie de faire d'autres projets, ils ont envie de toucher à autre chose. et la vente peut devenir une excellente option ou on a amené notre business dans une posture quelconque et on se dit je ne sais plus trop quoi faire avec, qu'est-ce que je fais? Je vais chercher de l'accompagnement, je continue ou est-ce que je veux la vendre? Pour que la vente devienne une option sur notre tableau de bord comme entrepreneur, des fois quand on ne voit pas toutes les options parce qu'on ne les connaît pas ou parce qu'on est tellement occupé à gérer notre business et on manque de temps, que la vente ne semble même pas une option. Le nombre d'entrepreneurs qui sont comme, ah, c'est sûr que ma business ne se vend pas. tout ce vent, à mon avis. Bon, c'est sûr qu'il y a des conditions là, tu pourras, il y a certainement des paramètres, mais qu'on réponde à des questions comme ça en ce matin, tu sais, dis-moi Martin, est-ce que tout ce vent? [00:04:11] Speaker B: Tout ce vent. Tout ce vent, par contre, il ne faut pas toujours croire que ce qu'on a, tu sais, tu l'as mentionné, il y en a qui disent, ah, ma business, ça ne vaut rien, je ne peux pas rien vendre, etc. Ça, c'est une chose. Puis à l'inverse, l'autre côté, ah, moi, ma business, elle vaut des millions. Ça aussi, il va falloir qu'on change un peu, qu'on regarde un peu tout aussi. Il y a des façons de faire, effectivement, de pouvoir amener à vendre aussi, justement. Je sais que ça fait partie des questions aussi, mais quand est-ce qu'on vend aussi? Ça, c'est propre à chacun. En ce moment, j'ai des gens pour la retraite qui ne sont pas pressés parce que la business est en bonne posture depuis bon nombre d'années. Ils continuent et sont bien contents avec ça. Ils ne sont pas pressés de vendre. À l'inverse, il y en a d'autres que c'est, écoute, il y a eu des moments plus difficiles. Fait que là, écoute, je veux être sûr de pouvoir vendre. Puis, Yann, on continue, on lâche pas. Puis, on passe à autre chose. Puis, j'ai tenté mon expérience. Fait qu'il y a vraiment un mélange de tout. Justement, tu l'as mentionné, je parlais à un gars de construction la semaine. Puis, le gars, il disait, écoute, moi, je suis rendu à une étape où est-ce que je tenais de faire ce que je fais comme métier. J'ai monté la business. je veux la vendre. Par contre, tu l'as mentionné aussi, il est dans la trentaine comme nous. Fait que là, il se dit, OK, mais je fais quoi après? Il dit, je vais vendre mon entreprise à bon prix, mais il dit, je vais pas vivre toute ma vie aussi avec juste ce montant-là aussi. Fait que c'est trouver des... Il y a un accompagnement aussi à faire avec ça justement pour voir, OK, mais c'est quoi le thème aussi? Puis où est-ce qu'on peut aller? Puis trouver des manières. Puis tu sais, je pense que c'est d'être... La meilleure des choses, c'est d'être accompagné là. Il y a ça aussi, parce qu'il y en a plein dans... Je veux dire, c'est les médias sociaux qui vont dire « investis-là, investis-là, tatatatata », mais finalement, il faut avoir un coach, il faut avoir quelqu'un qui nous accompagne pour être sûr justement de dire « OK, mais on va regarder c'est quoi les opportunités, on va regarder c'est quoi, puis on va amener à des professionnels qui vont structurer un peu ce genre de deal-là aussi. » Puis là, tu mentionnes l'accompagnement, tu. [00:06:19] Speaker A: Mentionnes le coaching, donc une personne qui pense qui a une petite idée qui se dit, je pourrais peut-être vendre éventuellement. Elle commence par quoi? Ça serait quoi la première étape de dire, comment je fais pour savoir si mon entreprise se vend? [00:06:39] Speaker B: Bien, c'est sûr que moi, je suis un peu là pour ça. Je l'ai dit tantôt, mon titre, c'est « Vente et acquisition d'entreprise ». Donc, il y a vraiment un mélange des deux. Est-ce que je suis capable d'évaluer, effectivement, de dire, bien, la business aujourd'hui, elle vaut ça pour tel, tel, tel paramètre. La valeur du entreprise. J'ai tellement de discussions avec des gens, c'est enrichissant, c'est le fun aussi, mais je me rends compte qu'effectivement, il y a toute une éducation à faire aussi parce que les gens vont dire « Ah, bien moi, ma business, c'est le baillant, fois deux, fois trois. » C'est un peu plus que ça pour vraiment évaluer précisément la valeur d'une entreprise. On va jouer avec le flux de trésorerie, on va regarder, oui, la valeur comptable, il y a la comparaison des multiples, oui, ça c'est sûr, évidemment, la valeur marchande, mais tout ça, bien, évidemment, il y a les barrettes, les bénéfices de barrettes, il y a comme un mélange de beaucoup de choses, puis il faut calculer aussi l'inventaire, l'équipement, il y a comme tout un gros, gros portrait à faire. Ça prend quasiment deux jours à évaluer une business quand même comme il faut. Donc, c'est sûr qu'à Primavera, moi, ce que je ferais, c'est ça, c'est de prendre ces gens-là, de regarder avec eux autres, puis voir un peu à quoi ça ressemble aussi leur entreprise aujourd'hui, puis est-ce qu'ils veulent vendre dans un an, deux ans, trois ans, tu sais, deux ans, deux années. quelqu'un qui se dit, éventuellement, je veux vendre, je vais être prêt à ça, deux ans, je pense, puis tu me corrigeras, est un bon target aussi parce que ça permet de mettre en place des choses directement dans l'entreprise et avec l'entrepreneur aussi. Peut-être pour dissocier certaines tâches, pour faciliter un peu une transition, transaction. Donc, il y a moyen de rendre l'entreprise encore plus plus florissante, plus belle aussi à vendre, évidemment aussi, puis trouver les bons acheteurs aussi qui peuvent fêter avec ça. Ça fait que c'est un peu ça que je dirais initialement, moi, c'est mon dada de comprendre un peu comment l'entreprise fonctionne, puis c'est pour ça, quand les gens... viennent me voir pour dire oui, Martin, je suis prêt à vendre. Mais je comprends l'entreprise rapidement. C'est un peu ce que je fais. Mon parcours des neuf entreprises, j'en parlais. J'ai compris les processus. J'ai toujours ma perspective autre aussi qui permet de voir différents angles. C'est ce que je fais aussi avec l'entreprise. De base, je peux faire ça. [00:08:58] Speaker A: Une des premières choses, ça serait de t'informer dans le fond comme entrepreneur. As-tu certains paramètres plus concrets pour une personne qui dit, je ne suis vraiment pas certain que mon entreprise se vend, je suis dans le service, j'ai une banque de clients, j'ai tel type d'éléments, je n'ai pas d'inventaire, mais j'ai 60 clients que je sers de manière régulière, est-ce que c'est quelque chose que je peux transposer? Bref, tu sais, des paramètres comme ça qui sont plus concrets pour les gens qui nous écoutent, qui sont moins habitués avec le baïa ou qui sont moins habitués avec la nomenclature. Puis je vais faire un petit bonjour. Il y a Nathalie Labreck, il y a Stéphanie, qui dit comme moi, la paresseuse. Stéphanie, c'est une fille qui fait du Tetris avec son agenda, c'est une championne. Elle a tellement de projets, puis elle aurait un beau potentiel de business aussi. Alors bon matin les filles, merci d'être là. Je ne sais pas si je manque d'autres messages aussi. Je vois qu'on a des gens en direct sur LinkedIn. Je vous salue aussi. Je ne vois pas vos commentaires encore. Je vais fouiller. C'est pour ça que des fois je regarde à gauche, à droite. Alors Martin, quelques paramètres, comme on le disait, pour dire comment je peux savoir si moi je peux vendre ma business? [00:10:00] Speaker B: Tu le dis, effectivement, les clients ont une valeur, effectivement. C'est sûr qu'ils ont une valeur, en plus, il y a une récurrence. Ça, c'est sûr que ça a un plus. S'il y a des contrats qui se donnent mensuellement, annuellement ou quoi que ce soit, ça, c'est vraiment un plus que tu peux aller chercher auprès, justement, d'une valeur d'entreprise. Puis la réputation joue sur quelque chose aussi, le nombre d'années aussi que tu es en affaires. Si tu as l'entreprise depuis six mois, Ça dépend. Si tu viens de la partir, je ne dis pas qu'elle vaut rien. Je dis juste que ça vaut peut-être moins qu'une entreprise qui a fait 10 ans et qui va faire la même chose. Puis s'il y a de la récurrence, comme je disais aussi, c'est sûr que ça impacte et ça peut aider là-dessus. [00:10:35] Speaker A: Je fais ça parce que la règle du pouce quand on débute avec une entreprise, combien qu'elle vaut mon entreprise 6 mois après le démarrage? On va se donner deux ans, on va se donner deux ans. On va se donner deux ans et se poser la question tantôt si tu as un bon temps, parce qu'évidemment, si vous pensez à vendre votre entreprise, si ça devient une solution pour votre retraite, si ça devient une solution ou un objectif pour avoir différentes entreprises. L'acquisition, on ne parlera pas d'acquisition ce matin, c'est un autre dossier. Je veux vraiment parler de vente parce qu'il y a des entreprises aussi qui vont se trouver dans des postures parfois difficiles à cause de la pression financière. Ils ont une belle business, mais ils n'ont pas les reins assez solides en termes de cash flow, de flux de trésorerie, de flux, oui, c'est ça, de flux de trésorerie. Mon mot préféré, de flux, c'est de treasury. Alors, puis d'un autre côté, bien, est-ce qu'ils sont dans une posture pour vendre ou est-ce qu'ils ne devraient pas vendre? Tu sais, des fois, ça devient une solution alternative à d'autres choses, donc on le sait, cette année, puis l'année prochaine, il y a des pressions économiques qui vont être là, il y a un ralentissement. Est-ce que, puis là, je m'adresse aux conseillers, je m'en conseille, est-ce que c'est une C'est un bon moment si on sent qu'on n'a pas les ressources solides, qu'on a fait le tour, qu'on n'est plus prêt à investir l'énergie qu'on a investie pendant 10 ans, parce que là, on les a toutes vécues, les épreuves, puis on vient de passer la COVID, il y a d'autres choses qui s'en viennent. Est-ce que c'est quand même une solution de vendre dans une posture où peut-être que notre cashflow à nous personnel n'est pas très solide? [00:12:01] Speaker B: Moi, je pense que oui. Surtout le point que tu as mentionné dans toute la liste, que tu n'as plus d'énergie à mettre. Quelqu'un qui n'a plus d'énergie à mettre, Écoute, à moins d'avoir un regain incroyable, c'est une chose, mais là, t'sais, s'il n'y a plus d'énergie, puis ça s'en va toujours un peu en descendant, en se dégradant, c'est sûr qu'effectivement, de vendre, puis t'sais, vendre une entreprise, là, je fais une parenthèse, là, mais t'sais, on signe un mandat aujourd'hui, elle ne se vendra pas nécessairement demain. Il y a un processus aussi à faire, comme moi, comme courtier, de la mise en marché, de comprendre l'entreprise, d'aller chercher les bonnes personnes. C'est sûr qu'on a des contacts. Puis j'en ai une, une entreprise, on a signé le mandat. Dans la même semaine, je parlais à la personne. La semaine suivante, on se rencontrait toutes, on a signé l'entente, puis après ça, on s'en va bientôt chez le notaire. Ça, ça arrive. Ce n'est pas toujours comme ça, évidemment, on comprendra. Vendre une entreprise, Ça peut prendre à peu près entre 6-8 mois et des fois même jusqu'à un an. Quand je dis qu'il faut le prévoir, c'est un peu ça aussi. Si tu penses déjà à vendre, regardons les possibilités tout de suite et voyons. Je ne suis pas quelqu'un qui va dire « go, go, go, on vend, on vend ». Je vais regarder les autres options aussi. Si vraiment il n'y a plus d'énergie, il n'y a plus de trésorerie, tu as essayé toutes les solutions de trouver des partenaires ou peu importe, C'est fini? Là, on va faire en sorte que oui, ça fonctionne comme vente ou ça, c'est pas mal. [00:13:29] Speaker A: Comme solution aussi, oui, parce qu'il y a un investissement, il y a une valeur, mais des fois, on arrive à un certain point. Puis en parlant de ça, je m'adresse à certains. d'entrepreneurs qui vivent cette situation-là actuellement. Puis avant, si vous perdurez dans cette situation-là, puis que vous ne voyez pas les solutions, puis que peut-être que la faillite est la seule solution que vous voyez au bout, ce n'est pas nécessairement le cas. La vente peut être possible, même si vous n'êtes pas dans la meilleure posture financière, ça reste que si l'entreprise a déjà été rentable, le potentiel qu'elle le soit encore, si quelqu'un le reprend, le tout réinjecte et que l'énergie pour mettre peut être possible. Comme tu dis, Martin, ça se planifie. Je t'ai invité ce matin ici et j'avais un objectif en tête évidemment parce que j'aime ça parler de planification stratégique. J'aime ça parler. C'est sûr qu'en tant que coach d'affaires, on me pose souvent la question, je fais une parenthèse à la différence entre coach professionnel, coach d'affaires, mais moi, je vais coacher sur des stratégies d'affaires. On va vraiment s'adresser à la business. Évidemment, il y a toujours un humain qui est impliqué. Si tu mets là, il y a des émotions. Si tu mets là, il ne voit pas toutes les solutions. Si tu mets là, il est super intelligent, il a plein de réponses aussi. Des fois, c'est juste d'y enlever des couches pour aller chercher des réponses, mais c'est là où, dans le coaching, on peut faire aussi une différence. Dans l'accompagnement, c'est moi ce que je propose avec mon type d'accompagnement, c'est comment est-ce qu'on peut mettre ton entreprise dans une posture qui va répondre à tes besoins. Si la vente est ton besoin, on va la mettre dans cette posture-là. Je voulais t'inviter ce matin parce qu'évidemment, je t'invite comme expert dans mes programmes de cohorte de formation, tu es toujours très apprécié. Je te fais découvrir à plein de gens sur le web, j'ose espérer ce matin et dans les jours à suivre. Martin, comment on Comment on se prépare à la vente? T'as dit un ou deux ans. Qu'est-ce qu'on met en place pour vendre son entreprise? [00:15:24] Speaker B: C'est sûr que tout dépendamment, encore une fois, de la posture du jour un ou si la personne. Il y a plusieurs paramètres. Je vais donner des exemples aussi. Des fois, ça peut aider aussi certaines personnes. [00:15:34] Speaker A: Oui, s'il te plaît. [00:15:38] Speaker B: Je n'aimerais pas, évidemment, l'entreprise, là on va tout garder ça confidentiel aussi, même le domaine, parce que c'est un peu touché, mais un gars qui m'appelle, il dit écoute, voici mon entreprise, je l'ai depuis bon nombre d'années déjà, elle fonctionne très bien, voici le potentiel, voici tout ce qui a été mis en place, on est partout, blablabla, il fait son beau pitch, pour vrai c'est fabuleux, je vois effectivement, je vois faire une belle réputation, je vois les produits, qu'est-ce qu'il y a à vendre, c'est super beau. Et là, il me dit, écoute, moi, je pense que ça vaut, puis je vais faire un chiffre rond, mais ça ressemble beaucoup à ça, quand je disais tantôt le million. Moi, je veux vendre ça un million. Je fais, ah, wow, OK, cool. Bien, oui, tout est possible, évidemment, mais pour que j'aille scruter, voir c'est quoi la valeur, bien, moi, on se base évidemment beaucoup sur les états financiers, entre autres aussi. Tu sais, on regarde les deux, trois dernières années. S'il y en a jusqu'à cinq, on peut voir aussi. Reste que trois dernières années, c'est en masse suffisant. Quand j'ai regardé les chiffres, comme plusieurs entrepreneurs, pour réduire le montant d'imposition, on rend plus de dépenses aussi dans l'entreprise. Ce qui fait en sorte, par contre, au niveau de la vente, qu'il y a moins de valeur. Parce qu'on a déduit cet impact fiscal-là au fil des années. Mais quand tu arrives pour vendre, tu peux pas, tu peux pas tirer la couverte des deux côtés, tu peux pas, l'argent, le bar, le pay, tu sais, je veux dire, rendu là, tu peux. [00:17:06] Speaker A: Pas... Non, c'est ça. Donc, il y a des choses à mettre en place. On travaille d'un côté des fois pour réduire le plus nos dépenses en entreprise, puis réduire aussi notre chiffre d'affaires, puis c'est correct. Je veux dire, dans le sens qu'il y a des stratégies fiscales pour tout moment, mais là, dans le cas d'une vente, bien, c'est de repositionner ça pour avoir des vrais chiffres réels par rapport à... [00:17:30] Speaker B: La réalité au quotidien. Exact. Après ça, effectivement, avec ton accompagnement, ce qu'on va aller chercher, c'est peut-être justement le niveau de marketing, quand même aussi, ça fait partie d'une certaine stratégie. visibilité, un peu plus de ventes à ce moment-là, de déléguer plus aussi, de plus en plus que l'entrepreneur de se retirer, d'être la personne qui représente tout. Je sais que dans plusieurs domaines, c'est un peu ça aussi, différentes entreprises. [00:17:58] Speaker A: Ah, l'homme-orchestre, l'entrepreneur-orchestre. [00:18:00] Speaker B: C'est ça, c'est ça, qui va tout faire, qui va tout faire, puis t'appelles quelque part, puis salut, bien, c'est même pas le nom de l'entreprise, c'est le nom de la personne. Bien, c'est fou, mais ça a un impact aussi, parce que quand tu vois au moment de la vente, bien, les gens ont toujours fait affaire à Canne-Marie, ont toujours fait affaire avec Martin. Puis là, t'arrives, puis OK, bien là, c'est M. X, Mme Grecq, là, t'sais. [00:18:22] Speaker A: Comment? On disait à l'oreille que tu parles de délégation. [00:18:26] Speaker B: Oui, oui. C'est un peu ça. [00:18:29] Speaker A: La délégation, c'est important. [00:18:31] Speaker B: Énormément. Énormément. Il faut savoir bien déléguer, mais justement, il faut avoir un bon coach et une bonne approche aussi là-dessus, justement, pour bien faire. [00:18:39] Speaker A: Oui, puis la délégation, c'est dans le nerf de la guerre de l'entrepreneur, puis pour se positionner sur son entreprise, non dans son entreprise, se mettre en bonne posture de vente, mais se mettre en bonne posture, tout court aussi, pour ne pas être dans les opérations. Ça devient tellement important de pouvoir déléguer certaines parties d'entreprise. Non seulement vous allez pouvoir être dans votre zone de génie, mais en plus vous allez être en mesure de vraiment bâtir un héritage. Souvent, on a peur de déléguer parce que ce n'est pas fait comme nous, on a eu des mauvaises expériences, le cerveau est tellement bien et mal fait à la fois. Les mauvaises expériences vont impacter à 100% le fait qu'on va dire non, je ne délègue plus, je n'embauche plus, je ne refais plus ce cycle-là. Mais le fait d'être accompagné parfois aussi va aider. On ne peut pas tout savoir comme entrepreneur. On est expert dans notre domaine. Comment on fait pour être un expert en gestion d'entreprise du jour au lendemain? Ça s'apprend. Ça s'apprend, ça se coache. J'avais une personne hier qui me disait, tu es en train de dire, est-ce que tu réponds au courriel, tu réponds au téléphone? Je vais faire les bons gestes avec les bons mots. Je recommence. Tu réponds au téléphone, tu réponds au courriel, tu réponds à tes employés, tu es là partout. Tout le monde est là, oui, tu me reconnais là-dedans. Comment on fait? Qu'est-ce qu'on peut automatiser pour le mettre en place? Ça va amener tellement de valeur à votre entreprise pour la vendre si vous êtes dans une posture aussi où vous voulez aller vendre. Pour moi, ça a un impact majeur. Si toutes les entreprises arrivaient en bonne posture chez toi, Martin, ta job serait-elle plus fun? [00:20:12] Speaker B: Ce serait beaucoup plus facile aussi à ce moment-là. Pourquoi? Parce que, justement, c'est plus facile à vendre aussi, c'est plus beau. Par contre, je sais qu'on n'en parlera pas aujourd'hui du niveau d'acquisition, mais il y a une éducation aussi à faire côté acquéreur, parce que là, le monde fait comme « Ah, ça vaut pas ça ». Bon, là, c'est un autre débat aussi, c'est une autre réalité, mais oui, c'est sûr que ce serait beaucoup plus facile pour moi si tout était bien fait, bien monté, tu sais, de A à Z, et puis on part avec ça. puis on s'en va, ben oui, ben oui, ben oui. Je garde mes transactions que je signe en ce moment, c'est ça. C'est les entreprises qui sont en meilleure posture quand même aussi, je veux pas là. Elles sont beaucoup, beaucoup plus faciles à vendre à ce moment-là. Puis des fois, c'est des gens qui disaient, « Ah, écoute, moi, je pense pas que ça se vend. Fait que je vais fermer les portes. [00:20:59] Speaker A: Attends, attends, attends. [00:21:00] Speaker B: On va le regarder ensemble. » Je vais à leur entreprise dans les six chiffres. [00:21:07] Speaker A: C'est très intéressant. Est-ce que tu as des conseils? Dans les questions que j'avais ce matin, c'est comment savoir si mon entreprise peut se vendre? Il y avait ça. Donc, on sait que la plupart des choses peuvent se vendre. Évidemment, si vous êtes un homme orchestre, il y a des valeurs. Il y a certaines choses qui ne se vendent pas, évidemment. Mais tu as parlé de réputation, tu as parlé de marketing, d'une présence, des followings. Ça a une valeur. Ça s'évalue aussi parce que c'est une notoriété, une réputation. Donc, après ça, vous avez des paramètres pour le faire. Vous avez des paramètres au niveau comptable et financier, au niveau probablement organisationnel, opérationnel aussi. Donc, comment les choses sont mises en place. Une entreprise qui n'a pas de processus, procédures en place, j'imagine que c'est beaucoup plus difficile à vendre qu'une entreprise qui est bien établie. Puis surtout que c'est... Moi, si j'achète une entreprise demain matin, si elle n'a pas de processus, procédures, check-moi d'y aller, c'est sûr. parce qu'après ça, puis c'est une belle opportunité parce que le potentiel est exponentiel par la suite, puis on pourrait parler avec des gens comme David Cassius, que tu connais probablement, puis il pourrait parler de ça aussi. Là, je fais du name dropping, mais c'est tous des gens que je vais être vraiment contente de vous présenter dans mon programme Ampitude, un autre name dropping ce matin. Mais pour vrai, je pense que les entrepreneurs, Ici, on est expert dans ce qu'on fait, mais quand on vient le temps d'acquérir les connaissances en entrepreneuriat, on se retrouve avec des programmes qui sont faits, pas adaptés pour l'entrepreneur. Puis là, c'est dans un cadre plus serré, donc j'ai créé quelque chose pour répondre à ce besoin-là. Ceci étant dit, Quand c'est le meilleur moment de vendre? Là, on a parlé de dire, si t'es pas un super bon cashflow, t'es pas super solide, mais ton entreprise l'a déjà été rentable, pis que là, en ce moment, t'es comme une solution, tu dis là, j'ai plus d'énergie à mettre, je veux plus investir personnellement, il y a de quoi faire avec mon entreprise, mais c'est plus moi la bonne personne pour le faire, ça peut être un bon moment. Ensuite, quel est un autre bon moment pour vendre son entreprise ou les autres bons moments? [00:23:00] Speaker B: Comme je parlais tantôt, si effectivement tu as le goût de voir autre chose, ça peut être juste ça aussi, d'essayer autre chose. On aime ça, je pense qu'on est une génération qui aime découvrir, qui aime voir. Effectivement, dans le temps de nos parents, j'ai connu des gens qui ont fait le même métier pendant 45 ans, puis ils rentraient à Bougon, à leur travail, puis ils ressortaient à Bougon. Parce que c'était ça, le travail, versus nous, on aime ça aussi essayer autre chose, voir un peu. Des fois, oui, la nouveauté nous fait peur aussi, mais des fois, c'est de bien s'entourer, de voir un peu, d'être guidé là-dedans aussi. Je pense que ça, c'est une très belle solution aussi à vendre l'entreprise, puis justement à prendre une petite pause, peut-être prendre une petite pause, puis après ça, bien, voir c'est quoi au taux, qu'est-ce qui peut amener, puis c'est quoi nos forces, t'sais, nos forces, on va se baser aussi là-dessus. [00:23:50] Speaker A: Ouais. Et y a-tu un moment où on devrait pas vendre? Puis là, je regarde en même temps, je suis les questions aussi, vous allez peut-être entendre mon Facebook avoir des notifications, mais c'est vraiment parce que je regarde si vous avez des questions pour Martin ce matin. Alors, merci pour le sujet fort intéressant, j'ai Jennifer. David Bente, quelle est la valeur d'accompagnement là où l'acheteur pour une période et quelle période est idéale? Merci pour le live. Quelle est la valeur d'accompagner là où les acheteurs pour une période? Donc, je ne sais pas si la question parle d'un conseiller ou parle de la personne qui vend son entreprise, qui va accompagner l'acheteur. Fait qu'on saute à cette question-là, puis après ça on ira à, c'est quand on vend pour? [00:24:35] Speaker B: Écoute, si on va y aller dans cet angle-là, effectivement, pour l'accompagnement, le vendeur avec l'acheteur, moi, je le suggère tout le temps. Quand je signe des mandats, puis je ne les signe pas tous en passant, moi, je ne veux pas, parce que je refuse des mandats aussi, mais quand j'embarque, moi, dans un mandat, c'est ce que je dis tout le temps, moi, mes vendeurs aussi, mes vendeurs d'entreprises, c'est, tu sais, je vous suggère fortement un accompagnement, puis tout dépendamment de la job, effectivement, il y en a que ça peut être plus long, il y en a que ça peut être plus court, il n'y a aucun problème. ce que je suggère en général, à peu près un six mois d'accompagnement pour la transition. Là, il y a une différence aussi dans le sens que, tu sais, la transmission d'informations, il y a la formation, tu sais, il y a un paquet de trucs quand même aussi là-dessus. Par contre, il faut considérer que si le propriétaire-vendeur reste dans l'entreprise pour faire la job day-to-day, là, il faut quand même négocier un salaire aussi. Il faut avoir une certaine Parce que ça, des fois, le monde va comme, ah bien, je l'ai cru dans la vente. Puis il y en a qui, oui, c'est correct. Chaque propriétaire, c'est ça qui est beau, en fait, avec mon métier, c'est que chaque personne a sa façon de voir la chose. Oui, l'accompagnement vendeur avec l'acheteur est fortement recommandé. Comme je dis, jusqu'à six mois. Des fois, ça peut être deux mois. Ça dépend aussi. Si on voit que c'est une entreprise qui est facile à transmettre l'information, puis que la mécanique, les processus ont été bien faits, Mais après ça, ça se continue, puis la pérennité est là, puis tant mieux. T'sais, mes vendeurs ne sont pas là pour prendre un chèque, puis j'ai vendu, puis je m'en vais, puis je ne parle plus à personne, t'sais. [00:26:09] Speaker A: Ah non, ils ont mis du temps, de l'énergie, de la soirée, de leurs fronts, c'est leurs bébés qui sont en train. Il y en a que c'est moi leur bébé, il y en a qui sont très « je monte une business, je l'avance », c'est un type aussi d'entrepreneur, mais il y en a plusieurs qui ont un attachement à leur entreprise. [00:26:23] Speaker B: Oui, puis t'sais, Puis il y a un attachement à l'entreprise où des fois, juste de dire, bien, moi, c'est ce que j'ai créé, ce que je veux léguer, puis, t'sais, moi, je veux pas de problème avec personne. T'sais, tu bâtis une relation, pareil, veux ou pas aussi, t'sais, acheter une maison... où est-ce que les gens habitaient, effectivement. Oui, tu te parles, etc. Oui, tu habites finalement chez la personne, je comprends. Mais là, c'est relationnel. L'acheteur-vendeur, du jour 1 que notre offre est acceptée, il y a des choses aussi à mettre en place. Il y a des conditions aussi, des délais et tout. Ça peut prendre 60 jours, 80 jours, quasiment des fois des ventes d'entreprises officielles avec toutes les conditions remplies. Tout ce temps-là, ça se parle, ce beau monde-là aussi. Oui, je veux dire, un courtier est quand même là pour faire la relation. Par contre, moi, je suis vraiment là pour que tout le monde ensemble, on ait une belle continuité aussi à ce moment-là. Donc, définitivement que l'accompagnement est fortement recommandé pour répondre à la question. [00:27:22] Speaker A: Merci d'avoir fait la distinction, tu peux négocier un salaire si tu es là pendant la transition aussi, ce qui je pense est totalement légitime parce que tu travailles pour l'entreprise qui maintenant appartient à quelqu'un d'autre dans la transmission des savoirs. Il y a un autre aspect aussi qui est important, qui est évidemment si tu restes trop longtemps, tu risques de voir des peut-être des choses qui te plaisent moins, mais tu n'as plus le pouvoir décisionnel, tu n'es plus en posture, ce n'est plus ton entreprise, même si tu l'as fondée, ça reste qu'elle a été fondée, mais il va y avoir des changements et c'est d'être prêt à être ouvert à ça si tu es là dans la transition. Après ça, quand tu achètes une maison, tu ne restes pas pour voir, ils vont peinturer quelque part ton salon. Fait que c'est un peu la même chose, pis si t'es d'accord, t'es pas d'accord, ils s'en foutent, c'est leur meurtre. Fait que rendu là, tu sais, du mentorat, du coaching. Des fois, il y a des entrepreneurs qui restent dans l'entreprise comme directeur général, s'ils sont acquis par une plus grande entreprise ou qu'ils vont rester dans un rôle en entreprise, ça se voit aussi. Encore là, c'est aussi une transition des fois qui peut être inconfortable. mais aussi qui peuvent être très intéressantes pour l'acquéreur qui n'a pas l'expertise dans le domaine, puis pour l'entrepreneur qui vient de réduire une pression immense. Je parle beaucoup de pression ces temps-ci parce que je le sens. dans la clientèle qu'il y a beaucoup de pression actuellement, donc c'est important que la vente est une solution. Est-ce que, comment on s'y prépare? Puis, quand est-ce qu'on passe à l'action? Alors, merci David pour ta question et il vient de confirmer que c'était pour la personne qui vend son entreprise. Oui, l'accompagnement est recommandé pour une période puis six mois à peu près. Quand est-ce qu'on... As-tu d'autres choses sur ce point en particulier? [00:29:01] Speaker B: Ah, pas nécessairement. Non, non, c'est parfait. On pourra, si David veut me contacter puis il veut en savoir plus, j'ai pas de problème, entre autres, David. [00:29:09] Speaker A: Oui, David va pouvoir. Puis pour ceux et celles qui sont sur les réseaux sociaux, j'ai tagué Martin dans les publications. Je vais pouvoir le re-taguer puis partager ses informations pour que vous puissiez parler avec lui. D'ailleurs, Martin, quand est-ce qu'on ne vante pas son entreprise? [00:29:27] Speaker B: On a parlé un peu tantôt. Si on voit que Tu sais, je parle, je parle, je vais faire un, pour montrer un exemple, puis, tu sais, justement, je ne les ai pas, je vais dire, signés présentement, justement, un peu pour ça. J'ai un créneau un peu, tu sais, il y a différentes, je vends, je vends tous types d'entreprises, là, c'est sûr qu'il y a différentes sphères aussi, tu sais, le domaine de la construction, entre autres, l'informatique, mais les garderies. Je vends des garderies, puis effectivement, quand il y a des gens qui m'appellent, qui me disent « Écoute, la pandémie a des fois fait mal dans différents niveaux de garderies, surtout non subventionnés. » Ça, c'est des termes, mais les gens veulent vendre. une entreprise qui n'a plus rien, dans le sens que, exemple, une garderie a 50 places, mais il y a 4 enfants qui sont là, bien, Martin, est-ce que tu peux vendre? Bien, oui, je vais dire, le permis en soi peut se vendre, mais je vais dire des peanuts, parce que tout dépendamment aussi de la région, le positionnement, il y a plein de facteurs à considérer, mais je dis t'sais, moi ce que je vous suggère, si vous avez encore un peu d'énergie, essayez de remplir un peu, justement de remplir la garderie un peu plus que ça, un peu plus que la moitié au moins, pour qu'on ait quelque chose sur quoi se baser, t'sais, la pandémie, on l'a toutes vécue, Ça a fait mal à plusieurs, évidemment, aussi. Il y en a qui se sont relevés, il y en a qui ça a aidé. Mais pour ceux que ça a fait mal, on est capable de considérer aussi ça, de dire « avant ça allait bien, la pandémie a fait mal, mais là, regarde, t'as réussi à remonter. » Là, ça peut aider aussi à ce moment-là. C'est sûr qu'il y a des choses comme ça qui font que... je conseille moins de vendre aussi. L'autre, un autre que j'ai refusé, quelqu'un qui me dit, voici, voici l'argent que je fais, etc., c'est parfait, envoie-moi tes chiffres. Ah non, moi, je n'ai pas d'état financier, je pardonne. Il dit, non, moi, je ne paye pas mes impôts depuis plusieurs années, je n'aimerais pas la personne. Mais là, OK, mais comment tu fonctionnes? J'accepte les virements Interac, OK, Je peux pas, je peux pas t'aider. [00:31:47] Speaker A: Honnêtement, des fois, c'est simplement un manque de connaissance. Les gens sont pas outillés, sont pas des bons entrepreneurs. Ce sont des excellents entrepreneurs, mais il. [00:31:59] Speaker B: Y a des angles morts. [00:32:02] Speaker A: Ma job, c'est de répondre à ça. C'est dire, il y a où ton angle mort qui va te faire mal la journée où tu vas arriver pour faire telle action? Ça va être vraiment important. Les questions, si j'ai des questions pour Martin, ça serait le meilleur moment maintenant parce qu'on va bientôt faire le tour, conclure sur la vente d'entreprise. Il y a plusieurs paramètres, combien il peut valoir. J'espère que je vous ai ouvert une possibilité ou une opportunité. Puis ceux qui me connaissent, il y a une différence entre une opportunité et une possibilité. La possibilité là, c'est qu'il y en a plein des possibilités. Ça veut pas dire qu'il y a une opportunité. L'opportunité, elle va vous rapprocher de votre objectif ultime, à vous comme personne ou comme entrepreneur. Mais si ça devient une opportunité de vendre son entreprise parce que c'est un trampoline pour autre chose, bien, je vous suggère fortement de faire des démarches. Je vous suggère fortement d'observer, d'aller voir ce qui se trouve. Comme je le suggère pour les gens qui ont plus d'énergie de dire qu'est-ce que je peux faire si je fais une faillite? Qu'est-ce que je peux faire pour réduire la pression? Avant de vous rendre là, évidemment, la première chose, allez voir le programme Amplitude. En fait, une petite nouvelle ce matin, les portes sont ouvertes pour la prochaine cohorte aujourd'hui. Pour ceux et celles qui veulent en savoir plus, puis de pouvoir avoir accès à de l'accompagnement, d'être accompagné dans les bons, les moins bons, les moins bons moments, de voir plus clair, de planifier son année aussi, puis de planifier sa prochaine étape selon les opportunités qui se présentent. On tasse les possibilités. Des fois, ils sont déguisés. Les possibilités, ils sont déguisés en opportunités. Fait que là, il faut les démaquiller puis leur garder le vrai portrait. Alors, je vous invite à poser vos questions. Martin, si t'avais à dire Le meilleur conseil que tu peux donner à un entrepreneur qui commence à envisager à vendre son entreprise? [00:34:01] Speaker B: Va voir un professionnel! C'est tout! Il y en a plein de professionnels, là. Demain, je vais parler de moi, mais dans le sens qu'il y en a d'autres, là. Il y a d'autres professionnels. Puis, tu sais, professionnels, ça peut être un comptable, ça peut être un coach, ça peut être un avocat aussi. Par contre, il faut regarder aussi s'ils sont spécialisés dans la vente d'entreprises parce que je me fais référer par des comptables, par des directeurs de comptes de banque, par des avocats de dire, « Regarde, Moi, je peux aider à un certain point, mais t'sais, on va passer la puck à Martin, t'sais. Des courtiers immobiliers me réfèrent aussi, t'sais, dans le sens qu'il y en a qui vont aller tout de suite « Ah, on voit le courtier immobilier, on va aller les voir ». Mais c'est pas tous les courtiers immobiliers qui sont spécialisés en vente d'entreprises aussi. Eux autres, ils sont bons dans la vente, je vais dire, de briques, là. Ils ont plein d'autres belles qualités, là. [00:34:54] Speaker A: Mais c'est ça qu'ils ont. Oui, il y a le contenu. [00:34:59] Speaker B: Fait que t'sais, moi je suis pas courtier immobilier, moi je vends des entreprises aussi. Fait que t'sais, je me fais référer. Fait que allez voir quand même certains spécialistes, allez voir un peu justement, voir, ok t'sais comptable, ok qu'est-ce que t'en penses, ok coach, ok qu'est-ce que tu peux me dire, tu peux-tu m'aider à ça, ça, ça, ça, voici, voici, c'est quoi mon beau beau, ou c'est quoi mes bons coups, puis comment je peux juste aider aussi à ce moment-là. Puis évidemment, bien je reste moi aussi disponible là s'il y a quelqu'un qui qui veut avoir plus d'informations sur les calculs, sur la façon d'approche, puis tout ce qu'on met, nous, en place aussi pour la mise en marché, etc. Je fais un parenthèse, j'en ai parlé un peu tantôt, de confidentialité. Des fois, c'est un peu ça aussi. Il y a des entreprises qui se disent, mais je veux vendre, mais je ne veux pas que le monde sache que je suis à vendre aussi. Ben, mon rôle, c'est ça aussi, parce que je m'en viens, moi, filtrer aussi les acheteurs. Quand on va publier, justement, on va donner les grandes lignes, on va mettre ça beau, mais on dit pas le nom de l'entreprise. Ça fait que ça aussi, ça sera un autre truc qu'on parlera plus tard aussi. [00:35:57] Speaker A: Oui, bien oui, moi j'ai vu des listings de vente d'entreprise, c'est fait d'une façon très confidentielle, il y a des montants qui sont mis, des fois c'est disponible, des fois ce n'est pas, c'est du secteur d'activité, des choses comme ça. Donc moi je reçois les listings évidemment parce que parfois avec mes clients, on parle d'acquisition ou de vente, donc on peut comparer parfois sur le marché qu'est-ce qui se fait. Martin, je te remercie infiniment pour ta présence. Merci. Puis on va reparler d'acquisition dans une autre, 6 septembre, on se redonne rendez-vous pour parler d'acquisition. [00:36:27] Speaker B: Avec grand plaisir, certainement. Très bonne idée. [00:36:30] Speaker A: Merci, Martin. [00:36:30] Speaker B: Merci à toi. Merci à tout le monde.

Other Episodes

Episode

March 23, 2022 00:28:15
Episode Cover

#10 - Une grossesse sous le signe de la santé avec Womency

Marie-Pier Dombrowsky en a fait des recherches avant de fonder Womency. Tous les clichés par rapport à la grossesse et la santé, elle les...

Listen

Episode

January 10, 2024 00:13:23
Episode Cover

#20- 5 questions que tous les leaders doivent se poser en début d'année

Démarre l'année avec puissance et clarté grâce au podcast "les 5 questions que tous les leaders doivent se poser en début d'année". Un moment...

Listen

Episode

February 02, 2024 00:05:28
Episode Cover

#22 - Vacances sans stress pour entrepreneurs : profiter pleinement et lâcher prise avec confiance

Dans cet épisode vital pour tout entrepreneur, nous plongeons au cœur d'une question que beaucoup se posent : est-il vraiment possible de prendre des...

Listen